Un peu d'histoire

Apparu il y a plusieurs millénaires en Asie, l’oignon s’est développé sur tous les continents. Ses vertus nutritionnelles et sa saveur, rapidement reconnues, l’ont imposé sur toutes les tables !


Une culture millénaire

Si les origines sauvages de l’oignon nous sont inconnues, on sait en revanche qu’il est cultivé par les hommes depuis plus de 5 000 ans. Les premières traces de production proviennent d’Asie occidentale, en Mésopotamie (qui correspond en grande partie à l’Irak actuel). Le bulbe se répand rapidement sur les territoires égyptiens – il est alors consommé cru et fait partie des plantes rituelles qui accompagnent les morts- , en Grèce antique et dans l’Empire romain.

oignons

Rapidement reconnu pour ses vertus nutritionnelles, l’oignon gagne ensuite le reste de l’Europe et le monde. Il est bien souvent le compagnon des marins au long cours, sa teneur en vitamine C permettant de lutter contre le scorbut. Débarquant dans les bagages de Christophe Colomb, l’oignon devient ainsi une des premières plantes européennes à être cultivée en Amérique.


Une présence séculaire dans les cuisines françaises

Apparu au Moyen-Âge en France, l’oignon entre vite dans la composition des repas quotidiens. Il se voit également prêter des vertus médicinales : appliqué en cataplasme, il est censé calmer les douleurs.

Ce n’est pourtant qu’au XIIIe siècle que le terme « ognon » entre dans la langue française. Il devient rapidement l'un des fondamentaux de la cuisine, et sa présence dans les potagers se développe.

Au XIXe siècle, en proie à une crise économique, les producteurs bretons de Roscoff n’hésitent pas à traverser la Manche pour commercialiser leur production en Angleterre. Ces marchands itinérants, qui vendent leurs oignons au porte-à-porte, sont surnommés les « Johnnies » (les petits Jean) par la population locale.

Retour en haut de page